CNRS IMM AMU CapEnergies BIP SEM FEDER

Rechercher




Accueil > Les équipes > Biophysique des métalloprotéines - BIP07 > Thèmes de Recherche > Dynamique de Protéines > Désordre structural / Flexibilité structurale > Repliement induit d’une nucléoprotéine virale

Repliement induit d’une nucléoprotéine virale

Les virus de la rougeole (MeV) et les virus Hendra (HeV) et Nipah (NiV) sont des pathogènes humains majeurs dont le génome est constitué par de l’ARN à simple brin, encapsidé par la nucléoprotéine (N). N possède un domaine C-terminal (appelé NTAIL) qui est intrinsèquement désordonné c’est-à-dire dépourvu de structure secondaire stable. NTAIL subit un repliement induit lors de son interaction avec le domaine C-terminal (appelé XD) de la phosphoprotéine. Cette grande flexibilité rend ce système difficile à étudier avec les techniques structurales usuelles et le marquage de spin combiné à la spectroscopie RPE se révèle être un outil particulièrement bien adapté.

Pour l’étude de l’interaction entre NTAIL et XD, des sites individuels cystéines (naturels ou introduits par mutagénèse dirigée) ont été marqués à l’aide de sondes paramagnétiques au sein de NTAIL afin d’établir une cartographie de la région subissant un repliement induit par la formation du complexe. Nos travaux ont permis de déterminer précisément ces régions et de confirmer le caractère α-hélical de ce repliement.

Illustration du changement spectral induit par la structuration locale en hélice α d’une partie de NTAIL en présence de son partenaire physiologique XD.

Références

Morin B. et al, J. Phys. Chem., 110, 20596-20608 (2006).
Belle V. et al, Proteins, 73, 973-988 (2008).
Colombo M. et al, Virology Journal, 6:59, (2009).
Kavalenka A. et al, Biophysical Journal, 98, 1055-1064 (2010).
Longhi S. et al, Journal of Peptide Science, 17, 315-328 (2011).
Martinho M. et al, Journal of Biomolecular Structure and Dynamics, à paraître.